haut les cœurs

Un projet ! En ce moment je traîne un peu la patte pour monter dans mon atelier-grenier. OK, j’ai une série de cabas à broder pour participer à la réunion anniversaire de mes parents, c’est en cours (en espérant que cela puisse avoir lieu car, pour l’instant, le programme des festivités est un peu compromis).

Je disais : un projet !

Pour cela, je déballe :

J’avais montré, il y a de cela pas mal de temps, de superbes boucles d’oreilles que j’avais confectionnées :

boucles d’oreilles

Minimalistes ??? … Euh, oui, je l’admets !

Alors je me suis reprise en mains et repris ces boucles d’oreilles afin de les transformer, c’est bien pour cela que j’ai déballé mon fouillis. Je savais pertinemment que j’avais tout en magasin pour sublimer ces merveilleux cœurs en nacre d’un si bon ton bleuté 🙂

Et voilà :

Un peu mieux, non ?

Comme j’ai d’autres coeurs nacrés, mais pas bleus, je vais certainement continuer le délire. Pour la petite histoire mon mari a trouvé que c’était devenu pas mal important … for me to translate, of course …

Bon début de semaine à tous

au tour des mésanges

Une petite commande, une pochette pratique, anse en bandoulière, pour sortir prendre l’air avec son trousseau de clés :

Doublé, bien entendu :

Le tissu extérieur est à l’origine un set de table en grosse toile coton, bien serrée, rêche au toucher, qui ne s’usera pas facilement. En ce moment j’utilise tout ce qui traîne dans les étagères de tissus …

Bon dimanche à tous et vive le printemps !

comme un vol d’hirondelle

Au cours de mes sorties en compagnie amicale, j’ai compris que l’hirondelle était l’oiseau préféré de ma camarade. Je ne savais pas quoi lui coudre et finalement comme nous nous baladons dans la nature mais aussi pour du shopping, un cabas fera l’affaire.

Un motif de broderie de saison car il faut en effet l’oser 😉

Comme c’est un modèle de cabas doublé, pour cacher les coutures, et ici cacher l’envers de la broderie, c’est super :

En attendant la venue de ces oiseaux qui se font malheureusement rares et qui nous annoncent les beaux jours, nous allons rêver à des moments de partage et convivialité qui nous manquent tellement !

Bon après-midi,

l’arrivée du printemps

Comme chaque année je me consacre à une corvée. C’est ainsi que je considère ce renouveau sur mon ensemble de fauteuils de salon. Chaque année je vous fais revenir en arrière et vous propose de retrouver cet ensemble d’un canapé trois places, de deux fauteuils et d’un pouf que j’avais rhabillés

avant :

après :

housses de fauteuils

J’ai un séjour salon en angle de la maison et très exposé au soleil qui entre facilement dans la pièce. Moi j’adore cette luminosité qui me change de la longère sombre où nous habitions auparavant. Cette pièce est exposée sud-ouest et est donc baignée de soleil à longueur de journée quand ce dernier nous honore de sa présence. Ce qui fait que la couleur de mes sièges se ternit chaque année. La première fois que j’ai voulu rénové ce tissu, j’ai eu la flemme de refaire, encore, tout le travail de couture et pensé à teindre les housses des coussins, les housses des bases restant de couleur gris bleuté très clair. Cela donne à chaque fois un coup de peps à l’ensemble :

Cette année, en plus du coup de rajeunissement, j’ai eu envie de changer de couleur, facile avec la teinture, c’est devenu bleu-marine :

Je suis contente, cela rehausse les couleurs de l’ensemble de la pièce.

Si je dis que c’est une corvée, c’est que l’ensemble est difficile à dé-housser pour mes mains fatiguées et encore plus pour remettre en place car, à chaque fois, comme il y a deux passages en machine (lavage + teinture), les housses rétrécissent. Je passe beaucoup de temps rien que dans la manipulation des housses.

En attendant l’usure du tissu, je passe au travers, à moindre frais, du travail de confection !

Bon weekend à vous tous,

c’est dans la poche(tte) !

C’est presque : la copine, d’une copine, d’une copine aimerait une pochette de ce genre pour sortir promener Mirza.

Car c’est bien ainsi que des demandes me sont faites !

Là, j’ai mis du temps. Le froid d’abord m’a fait éviter de monter dans mon atelier-grenier non chauffé, 12° pour manier des ciseaux, pas top. Puis dans la foulée je n’ai eu de cesse que d’aller au bout de mon roman en cours : Le vallon des Parques de Sylvain Forge. Un peu épais le roman, mais captivant.

Aujourd’hui, température tout-à-fait correcte là-haut, alors je monte. Et puis l’envie de m’y remettre aussi.

Je n’avais comme impératif que la taille de la pochette et le choix du motif brodé : iris ou marguerites. Dans la taille qui m’était demandé j’ai logé … des marguerites :

Pour le tissu : feu vert. J’ai utilisé plusieurs tissus, à tel point que même la bandoulière est bariolée.

Doublure de couleur non salissante, c’est plus pratique avec une petite poche intérieure (qu’on ne voit pas ici) :

Voilà pour aujourd’hui.

Bonne soirée

papier poésie, le tuto pour commencer : une sortie à moto

Ce qu’il faut pour commencer.

Jusqu’à maintenant j’ai utilisé un petit peu de bois flotté, mais c’est une matière dont je ne dispose pas beaucoup, malgré ma proximité de la mer. Ensuite j’ai utilisé des petites rondelles de bois achetées dans les magasins genre Centrakor, etc., au rayon loisirs créatifs. Et là, j’ai demandé à mon mari de me débiter des rondelles dans un morceau de noyer. Il a fait cela avec notre gentil voisin qui a le matériel adéquat pour la découpe. Pour remercier notre gentil voisin, je vais lui offrir un modèle de papier poésie qui me sert à montrer comment je procède.

Après la découpe :

J’ai poncé l’une d’elles avec du papier de verre :

Elle est ainsi beaucoup plus lisse :

Puis j’ai enduit avec de l’huile de lin pour retrouver l’essence du noyer et ciré :

Voilà pour le socle.

Ensuite il faut réunir un peu de matériel et d’outillage :

J’ai acheté le kraft armé ici. Comme je n’ai pas de commission chez ce vendeur je me permets de vous dire que si vous habitez une région viticole cela se trouve dans les magasins de jardinage sous le nom de ficelle de viticulteur. Il faut en acheter de la fine. C’est une matière qui se trouve aussi chez les fleuristes. Ou chez les chinois si vous n’êtes pas pressés !

Pour commencer un modèle il faut trouver l’idée de départ. Sur Pinterest il y a beaucoup de modèles. Pour celui que j’utilise ici, c’est ciblé. Mon gentil voisin faisant des sorties à moto avec sa compagne, je décide de réaliser cette idée. Pour moi c’est la partie la plus compliquée. Je suis nulle en dessin. Et le dessin est la base de départ de la réalisation du modèle !

Donc je me lance :

Ce dessin va être le support du départ de la réalisation.

On commence par prendre le fil de kraft armé et suivre le tracé du dessin, on ne coupe pas de fil au départ :

Le fil est coupé quand on a seulement fini une partie qui peut se faire en un seul morceau. Recommencer la manœuvre autant de fois que nécessaire :

Là, j’ai les deux motards, ce qui fait deux créations différentes. Ensuite, encoller à l’aide du pinceau et de la colle blanche à prise rapide sur l’arrière du fil pour le poser sur le papier :

Recommencer autant de fois que nécessaire :

Pour bien coller le papier il faut lester le fil dessus :

Puis à l’aide de petits ciseaux, une fois bien collé, découper le papier suivant le contour du fil :

Prévoir le collage de l’ensemble sur le socle. Ou percer si ce ne sont que des pointes de fil à ficher. Ou, comme ici, prévoir des encoches :

Avant de coller la moto sur le socle, je positionne mes trois pièces ensemble en les collant entre elles, je badigeonne de colle les encoches et je fixe le tout :

Ma moto ressemble plus à un tandem, là c’est mon coup de crayon qui n’est pas idéal … Comme ma rondelle a un trou (naturel) au milieu, je lui incruste un arbre !

Et voilà :

A vous de créer maintenant !!

Bonne soirée,

les ballons

Une autre petite réalisation copiée sur le modèle trouvé là.

Et voici ma version :

Je l’ai faite pour une petite Hanna.

Belle journée,

la sortie de toutou

Il m’a fallu me pousser au train pour remonter dans mon atelier. Une fois dedans je me suis bien amusée.

Demain je vais voir une bonne amie que j’ai connue lors du premier confinement quand elle promenait son chien et s’arrêtait devant mon « vide-grenier » que j’avais disposé sur le mur du jardin. Maintenant encore nous faisons des marches en baladant la toutoune.

Je lui ai préparé une petit présent :

Et comme Madame chat attend pendant ce temps là à la maison, je l’ai aussi représentée :

Des petits riens qui me font m’animer avec beaucoup de plaisir dans mon grenier-atelier.

Bonne fin de journée

changement de tons

Comme je l’ai précisé ailleurs :

Rentrer dans une nouvelle année, avec le mois de janvier, correspond pour moi à une année de plus. Cela tombe bien, cette année je ne vieillis donc pas.

Malgré tout j’ai reçu des cadeaux et entre autres, un nouveau smartphone. Avec une mémoire plus importante que le précédent, ce qui me convient bien car je tremblais toujours à télécharger une nouvelle application en risquant de saturer la mémoire.

De ce fait, après avoir joué avec mon nouvel ami en le paramétrant à ma façon, etc., il me fallait lui adapter un étui à sa taille, car, évidement, il est plus grand que son prédécesseur.

Ceux que j’avais préparés avant étaient ceux-ci :

J’en fais toujours deux, ce qui me permet de couvrir mon appareil pendant le nettoyage de l’un des étuis.

Après agrandissement de la taille de l’étui de base, j’ai adapté des broderies pour enjoliver comme la fois précédente :

Paré pour me suivre dans mes déplacements.

Bonne fin de journée,

pochette tordue

Il y a déjà deux ans, quand nous sommes allés la dernière fois en Grande-Bretagne, j’avais pris ceci en photo :

C’est une pochette, style berlingot, mais encore plus tarabiscotée. Là, elle est zippée et ouvrable des deux côtés, à l’aide de deux tirettes, et conçue dans une matière assez épaisse et sans doublure.

Évidemment j’ai eu envie de copier cette idée, mais doublée …

Pour commencer j’ai tracé un patron :

Puis j’ai utilisé des fermetures à glissière de 50 cm de longueur que j’ai cousues coincées entre les deux tissus, celui du dessus et la doublure renforcée d’une ouatine pour le maintien de la pochette :

Une petite finition sur la tirette et voilà.

Quand la fermeture à glissière est totalement ouverte cela nous donne ceci :

J’ai un tissu, style drap bien épais, je vais essayer d’en faire une avec et de ce fait ne pas doubler, à suivre.

Bonne soirée

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :