papier poésie, le tuto pour commencer : une sortie à moto

Ce qu’il faut pour commencer.

Jusqu’à maintenant j’ai utilisé un petit peu de bois flotté, mais c’est une matière dont je ne dispose pas beaucoup, malgré ma proximité de la mer. Ensuite j’ai utilisé des petites rondelles de bois achetées dans les magasins genre Centrakor, etc., au rayon loisirs créatifs. Et là, j’ai demandé à mon mari de me débiter des rondelles dans un morceau de noyer. Il a fait cela avec notre gentil voisin qui a le matériel adéquat pour la découpe. Pour remercier notre gentil voisin, je vais lui offrir un modèle de papier poésie qui me sert à montrer comment je procède.

Après la découpe :

J’ai poncé l’une d’elles avec du papier de verre :

Elle est ainsi beaucoup plus lisse :

Puis j’ai enduit avec de l’huile de lin pour retrouver l’essence du noyer et ciré :

Voilà pour le socle.

Ensuite il faut réunir un peu de matériel et d’outillage :

J’ai acheté le kraft armé ici. Comme je n’ai pas de commission chez ce vendeur je me permets de vous dire que si vous habitez une région viticole cela se trouve dans les magasins de jardinage sous le nom de ficelle de viticulteur. Il faut en acheter de la fine. C’est une matière qui se trouve aussi chez les fleuristes. Ou chez les chinois si vous n’êtes pas pressés !

Pour commencer un modèle il faut trouver l’idée de départ. Sur Pinterest il y a beaucoup de modèles. Pour celui que j’utilise ici, c’est ciblé. Mon gentil voisin faisant des sorties à moto avec sa compagne, je décide de réaliser cette idée. Pour moi c’est la partie la plus compliquée. Je suis nulle en dessin. Et le dessin est la base de départ de la réalisation du modèle !

Donc je me lance :

Ce dessin va être le support du départ de la réalisation.

On commence par prendre le fil de kraft armé et suivre le tracé du dessin, on ne coupe pas de fil au départ :

Le fil est coupé quand on a seulement fini une partie qui peut se faire en un seul morceau. Recommencer la manœuvre autant de fois que nécessaire :

Là, j’ai les deux motards, ce qui fait deux créations différentes. Ensuite, encoller à l’aide du pinceau et de la colle blanche à prise rapide sur l’arrière du fil pour le poser sur le papier :

Recommencer autant de fois que nécessaire :

Pour bien coller le papier il faut lester le fil dessus :

Puis à l’aide de petits ciseaux, une fois bien collé, découper le papier suivant le contour du fil :

Prévoir le collage de l’ensemble sur le socle. Ou percer si ce ne sont que des pointes de fil à ficher. Ou, comme ici, prévoir des encoches :

Avant de coller la moto sur le socle, je positionne mes trois pièces ensemble en les collant entre elles, je badigeonne de colle les encoches et je fixe le tout :

Ma moto ressemble plus à un tandem, là c’est mon coup de crayon qui n’est pas idéal … Comme ma rondelle a un trou (naturel) au milieu, je lui incruste un arbre !

Et voilà :

A vous de créer maintenant !!

Bonne soirée,

pochette tordue

Il y a déjà deux ans, quand nous sommes allés la dernière fois en Grande-Bretagne, j’avais pris ceci en photo :

C’est une pochette, style berlingot, mais encore plus tarabiscotée. Là, elle est zippée et ouvrable des deux côtés, à l’aide de deux tirettes, et conçue dans une matière assez épaisse et sans doublure.

Évidemment j’ai eu envie de copier cette idée, mais doublée …

Pour commencer j’ai tracé un patron :

Puis j’ai utilisé des fermetures à glissière de 50 cm de longueur que j’ai cousues coincées entre les deux tissus, celui du dessus et la doublure renforcée d’une ouatine pour le maintien de la pochette :

Une petite finition sur la tirette et voilà.

Quand la fermeture à glissière est totalement ouverte cela nous donne ceci :

J’ai un tissu, style drap bien épais, je vais essayer d’en faire une avec et de ce fait ne pas doubler, à suivre.

Bonne soirée

étui à gel hydroalcoolique sans couture

Encore un après-midi occupations manuelles. Pour se faire, je sors ce dont j’ai besoin et au fur et à mesure j’en rajoute, sans pour autant ôter les affaires qui ne me servent plus car j’ai changé d’activité, cela donne cela :

Ma mère, qui connaît ma passion dévorante et encombrante de faire bouger mes mains, vide ses placards dans mon atelier. Et moi je conserve …

Il y a un certain temps elle m’a donné les restachoux de ses fenêtres de toit que mon père avait dézingués pour en placer de plus cossus. Les voilà arrivés sur mon établi :

C’est costaud, c’est imperméable, c’est rigide et comme j’avais l’idée de me lancer, comme tout le monde, dans la fabrication d’étuis à gel hydroalcoolique comme cadeau d’appoint pour Noël, eh bien voilà yapluka ! Il me faut me munir d’un tas de petits accessoires et surtout oublier, pour une fois, ma machine à coudre :

J’avais trouvé les petits flacons, j’ai préparé un gabarit sur une idée vue un peu partout en ligne :

Des pressions, attaches, porte-clés plus tard et hop c’est fait :

Pratique, vite-fait :

J’en ai fait en série quelques uns :

Bon c’est pas l’tout, mais le costume de pirate de mon petit-fils n’est toujours pas commencé …

Bonne soirée

comment nettoyer ma machine à coudre

Les fabricants de machines à coudre doivent se frotter les mains à la suite de cette pandémie. Déjà Lidl s’est fait dévaliser ses machines vendues pas cher. Ils ont le nez creux de faire une vente pendant le pic de la maladie.

Toutes les petites mains s’activent pour coudre des masques de protection, entre autres. Les couturières débutantes ne le sont plus. Tout le monde s’adonne à la piqûre machine.

Sauf que voilà, nos chères machines se font attaquer. Et je te pique des épaisseurs impossibles, et je m’escagasse sur la tension, et je m’énerve car cela ne va pas comme je le veux, MOI !!!

Du calme mesdames, nos machines nous les aimons et elles ont besoin de beaucoup de soins pour ronronner longtemps.

J’avais fait, il y a fort longtemps, une démonstrations de comment présenter une cannette dans son boîtier, et cela pour des boîtiers situés verticalement sous le pied de biche. Style des machines Silvercrest vendues chez Lidl. Très important le sens de sortie de fil de la cannette pour chaque machine.

Là, il m’est posé une question pour une cannette fichée dans un boîtier de cannette à l’horizontal sous le pied de biche. Très fréquent dans quasi toutes les machines de marque.

Je vais répondre à la question qui m’est posée par photos, beaucoup plus explicite, mais j’en profite aussi pour vous recommander de dépoussiérer autant que possible vos machines si vous souhaitez les garder longtemps. Alors voilà, les explications pas à pas :

Déjà, pour commencer, votre machine est livrée avec un tournevis. Ce n’est pas pour rien. On ne peut pas tout régler personnellement sur une machine, mais si le tournevis est à portée de main ce n’est pas pour rien.

IL FAUT S’EN SERVIR ET PLUTÔT SOUVENT.

Votre plaque sous le pied de biche, comprend deux vis, en général, il ne faut pas se priver de la soulever. D’abord parce qu’elle donne accès au boîtier de cannette et surtout parce qu’elle permet d’accéder à toute la poussière emmagasinée par la couture répétée.

Quand cette plaque est enlevée, l’accès au boîtier de cannette est libre. Déjà, là, alors que je nettoie très souvent cet endroit, vous pouvez voir la poussière en place.

On enlève la cannette, et le boîtier est accessible également :

Ce boîtier, ne pas hésiter à le retirer également pour accéder à la POUSSIÈRE

C’est à cette étape que je réponds à Liane. Si tu veux régler une « cannette » comme tu me l’as demandé, il faut intervenir sur cette petite vis disposée sur le boîtier de cannette. Car une cannette proprement dite, ne peut pas se régler, il n’y a rien à régler c’est simplement un morceau de plastique autour duquel le fil est enroulé.

Donc ce boîtier de cannette a souvent deux petites vis, ou simplement une. Régler la partie métal intérieur de ce boîtier par cette vis en regard. Attention, c’est très sensible et normalement on n’a pas à y toucher. A moins de s’être beaucoup, beaucoup énervée pendant la couture …

Dans le matériel de la machine il y a également un petit pinceau. Pareil, ce n’est pas pour rien. L’utiliser pour nettoyer les paquets de poussière déposés ici. J’ai tendance aussi, à tout démonter par en dessous, carrément le capot de ma machine, mais bon, là c’est une autre histoire. Un bon coup de souffle permet aussi de faire voler un nuage de saleté. Ne pas oublier, également, de dépoussiérer le boîtier de cannette, lui-même.

Ceci fait, replacer le boîtier de cannette dans son encoche, en vérifiant bien qu’il s’emboîte parfaitement.

Repositionner la plaque et la fixer avec les deux vis :

Replacer la cannette et le tour est joué.

Vous allez voir, à nettoyer très régulièrement votre machine, vous n’aurez plus à courir chez le technicien qui en passera de toute façon par cette étape avant de vous rendre votre machine.

Bonne couture !

nouvelle trousse de toilette

Tout d’abord je vous montre le modèle :

 

Cette trousse, ronde, est copiée sur celle d’une camarade d’asso de couture. La sienne avait vécu, elle provenait du commerce, et comme elle aimait le modèle, elle a mis à plat la trousse et s’est servie du patron pour recopier à l’identique avec des matières plus à la mode. Le résultat est superbe et son patron a fait le tour des adhérentes de l’asso, dont moi !

Certaines utilisent cette bourse en sac à main, moi je souhaitais en effet, redonner un coup de jeune à ma trousse que je promène depuis l’âge de mes 18 ans, c’est dire si je l’avais assez vue 😉

Pour se faire, j’ai utilisé de la récup. Déjà une alèse de lit en coton épais qui était remisée faute de ne plus servir et qui m’a servi de renfort, et des sets de table matelassés pas mal démodés qui ont fait l’affaire pour le fond.

Ensuite du biais découpé dans un drap pour servir à préparer mon passepoil :

Les dimensions reportées provenant du patron d’origine :

Et la préparation du cercle pour le fond découpé dans un cartonnage pour être plus facile à tracer sur le tissu :

Après ? Eh bien après, monter le fond avec son passepoil :

Puis petit-à-petit tout adapter. J’ai cousu tout l’ensemble de A à Z lors de notre réunion (non autorisée à la salle de l’asso par les directives préfectorales, c’est que nous sommes en zone de contamination) mais chez l’une d’entre nous qui a eu la bonne idée de nous appeler. Temps de fabrication : 3 heures moins le temps de la pause goûter (le tissu était déjà coupé à l’avance).

Ce matin j’ai simplement mis en place les liens et les perles pour les finir joliment.

A l’intérieur j’ai doublé de tissu enduit, car une trousse de toilette est communément humide quand on y met la brosse à dents, le savon, le gant de toilette, etc.

Je suis allée chercher mon ancienne trousse de toilette et j’y ai trouvé des petites choses, comme bouchons d’oreilles (quand je pars en vacances avec ma maman et que nous dormons dans la même chambre, la chaudière maternelle me dérange a litlle bit !), les goupillons pour nettoyer entre les dents, la plaquette de paracétamol toujours présente au cas où, bref un tas de trucs qu’on ne laisse pas en vrac dans la trousse.

Ma chère amie Anne m’ayant offert de très jolies fermetures à glissière, je me suis dit que j’allais en utiliser pour fermer une petite pochette.

Je reprends les mêmes tissus que la trousse, définis la taille désirée et hop là, je me fais mon petit modèle personnalisé :

Ce qui me fait la pochette idéale :

Il me reste à placer celle-ci dans la trousse :

Vivement les prochaines vacances 😉

 

Bonne journée

 

 

 

bourses à pointes

Un autre modèle trouvé sur la toile que j’aime bien.

Je regarde le blog où figurent les explications et je commence à découper ce qui me servira de patron. Sauf que je me rends compte que c’est prévu pour une mini bourse, ce qui ne me convient pas.

Avant de couper dans le tissu, je décide de tout revoir en dimensions. Pas toujours très simple quand on navigue à vue …

Mais ma foi j’ai réussi à ne pas me louper :

Le plus long est le découpage des pièces de tissus

Après c’est du montage pièce par pièce

Et un petit rajout « maison » de couture de fermeture pour la partie qui sert de passage des liens

Si cela vous intéresse, vous pouvez ou suivre les dimensions du blog référencé ci-dessus ou sinon, pour plus grand, je vous donne mes mesures personnelles :

Pour les pointes à raison de 8 de chaque

Un cercle de 18,5 de diamètre  qui servira pour le fond extérieur et le fond en doublure.

Pour la doublure une bande de 56cm de large sur 17,5cm de haut

Et deux bandes de 29cm de large sur 8 cm de haut qui vont servir à faire la bande qui sert de passage aux liens.

Pour le montage retour sur le blog d’origine.

Allez zou ! Au boulot 😉

Bonne soirée

tuto panière à godets

Après la pochette origami que j’ai beaucoup aimé faire, j’ai trouvé ce modèle sympatoche sur Youtube

La vidéo se trouve là, le modèle est vite fait, ce n’est que du pliage

J’ai suivi le modèle à la lettre et je trouve les godets trop petits

Il m’aurait suffi de changer les dimensions, ce que je vais essayer une prochaine fois.

Mais je suis farfelue et j’ai décidé que les replis seraient peut-être plus sympas sur lesdits godets.

Rebelote, je prends un carré de tissu de 40 cm et j’épingle pour trouver mon bonheur … que j’ai fini par trouver :

J’ai fait cela pendant ma réunion de couture hier après-midi

J’ai demandé à mes copines quel modèle elles préféraient et les deux ont conquis le public

Comme j’ai tâtonné pour trouver la bonne taille, j’ai réalisé un tuto que vous pouvez télécharger si le cœur vous en dit :

panière à godets

Bonne couture !!

pour les prochaines fêtes

Noël prochain s’affiche déjà partout dans les commerces. Il m’a été très facile de trouver des fournitures pour fabriquer mes cadres « sapins-boules-de-Noël » se trouvant là pour les lecteurs retardataires.

Sur la toile c’est aussi la pleine période de préparatifs. Il est vrai que parfois deux mois d’avance est juste suffisant.

Marie-Pierre a relayé sur un réseau social une vidéo qui m’a bien intéressée :

Il n’en faut pas beaucoup plus pour que je me lance. J’avais d’ailleurs fait l’achat de carrés de tissus sur le thème de Noël pendant mon dernier séjour en Grande-Bretagne :

Pour réaliser les têtes des petits angelots j’ai préparé un chapelet de boules en porcelaine froide :

Puis j’ai sorti mes accessoires en tous genres :

Ensuite, yapluka !

le premier angelot est sorti d’un tissu qui existait depuis un bon moment dans mes réserves, c’était le coup d’essai. Puis je me suis dit, avant de me lancer plus loin, et si j’en faisais un tout blanc ?

Allez :

Celui-ci est maintenu par trois grosses perles nacrées en dessous.  Des petites finitions supplémentaires pour cacher les fronces du tissu et une autre grosse perle :

Voilà donc un premier couple :

Oui, mais, quand on aime on ne compte pas, paraît il !

Alors pourquoi se priver :

Pour les quatre suivants j’ai voulu mélanger les différents tissus pour ne pas rester dans l’uniformité :

Ce dernier a retrouvé une bouche que j’avais oubliée de représenter.

Dessous j’ai maintenu le tout par une pomme de pin :

Ils ont tous leur grelot qui se situe à des endroits différents, voici une petite brochette :

Demain, en réunion, mes camarades de jeu se lancent, je sens qu’on va être très studieuses !!!

Et vous, préparez-vous aussi les décos de fin d’année ?

Bonne soirée,

veste d’automne

Parmi mon groupe de nanas, une d’entre elles m’a donné un sac de pelotes de laine qui venait de sa maman. Comme elle le dit, ces pelotes ont au moins 20 ans.

J’ai cherché un modèle de tricot qui me plaisait et je me suis lancée. Il y avait 15 pelotes, j’ai eu largement ce qu’il me fallait, je vais utiliser les six restantes à je ne sais quoi encore.

Ce modèle, c’est la veste trapèze de Bergère de France dont vous trouverez le pdf là si vous êtes tentées.

C’est un modèle court et ample, avec des manches trois quarts.

Voilà terminé :

Le petit plus est le point fantaisie sur les manches larges et le montage raglan.

La veste est flottante autour des reins et le col est large et bien retombant, un modèle facile à porter.

Bonne fin de journée

 

 

une bourse à l’intérieur

Ce principe d’enveloppe pour des pochettes me plaît beaucoup, beaucoup. Et puis c’est tellement sympathique à coudre, rien de monotone. Le choix des tissus prend déjà du temps et surtout permet de vider les réserves !!

Mon dévolu s’est porté sur ce modèle trouvé là.

Sous mes mains cela a donné cet exemple :

Je l’ai terminé juste avant de préparer le repas, un peu en retard sur ce coup là, je voulais absolument finir le modèle et là que vois je sur la photo ? Le biais est mal cousu, certains points ont dérapé, je m’y colle après la rédaction de cet article pour réparer l’erreur 🙂

Si vous suivez le tuto du blog « Momentos de Costura » et que, comme moi, vous ne parlez pas l’espagnol, sachez que la traduction de Google par exemple est très correcte et le montage facile à suivre.

Ce modèle offre trois rangements, une poche divisée en trois parties, une poche zippée et une bourse :

Des dentelles, des rubans, des perles complètent l’ensemble.

Alors, alors, la prochaine ce sera quoi ??? J’ai déjà l’idée 😉

Bonne journée

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :