Je participe

Mes parents sont nés respectivement en décembre 1930 et novembre 1931. Ils ont pour habitude de fêter leurs dizaines et ont commencé par la soixante (disponibles car en retraite) et ont appelé cela « fêter leur 120 ans ». Nous avons eu droit au 140 ans, au 160 ans et là nous allons donc fêter leurs … C’est bien vous suivez et savez compter !

Ma mère, têtue comme pas possible, s’est mis dans la tête de nous réunir (amis, famille) le samedi 5 juin. Elle lance ses invitations en mars. Entre temps, reconfinement, les restaurants toujours fermés, chacun de notre côté, nous sommes archi sûrs que cela tombera à l’eau. Mon père, avant que ma mère lance ses invitations, lui susurre de retenir le mois de septembre. Est-ce l’âge aidant, ma mère est pressée et tient tête à tout le monde.

Patatra, le couperet tombe, le 5 juin les restaurants en intérieur seront fermés. Cette réunion est maintenant repoussée à juillet.

Comme ma maman connaît mes prédispositions à confectionner des quantités de choses, elle me contacte et me demande ce que je pourrais broder à la machine pour offrir aux dames lors de cet anniversaire. Cela tombait bien, je pensais justement à l’idée en me disant que ce serait une façon de participer à leur cadeau. Nous nous mettons d’accord sur un cabas. Ma mère me laisse le choix du motif de broderie et me demande de rajouter leurs prénoms et leurs anniversaires. Bon, perso je trouve que c’est dommage car on ne se balade pas avec un cabas très personnalisé, du moins c’est mon avis. Mais je m’exécute et soumets un prototype :

Un motif de roues d’horloge et de montre à gousset, une suggestion de temps qui passe plus les écrits demandés. Finalement, ma mère, comme mon père, se rendent compte que c’est un peu trop, mais considèrent que le motif est bien trouvé. Bien, bien, bien !! Nous nous accordons sur ce modèle :

Après réponses des personnes invitées, ma maman me commande 15 cabas. Je m’y suis mise tranquillement dès avril et cet après-midi j’ai fini la quantité :

Cela m’a mangé pas mal de draps, surtout que ces cabas sont doublés, l’avantage de cela on ne voit pas l’envers de la broderie :

Ce modèle de cabas est bien fini, c’est un modèle que j’ai pris dans livre « Sacs et accessoires  » D’Anne Pia

J’ai l’esprit libre, mon job est terminé. Je vais leur apporter la semaine prochaine car je peux sortir de mon département pour leur rendre visite dans le département voisin.

Bonne soirée

activités de couple

Depuis quelques jours, j’ai vu un reportage sur une personne qui a créé un piège à frelons asiatiques très efficace. J’en ai parlé à mon mari mais sans lui montrer ce que j’avais vu. Ni une ni deux, il démarre son imprimante 3D :

Ce n’était pas vraiment le format que j’avais vu, mais ce petit format me permet de tester dès ce soir, même si je m’y prends tardivement :

Pour ma part, il y a de ça quelques semaines, j’avais trouvé, dans une ressourcerie, une bande de tissu de 32cm de large sur 2m de long qui m’avait bien plu. Je ne sais pas trop pour quel usage cela était destiné, 100% coton, et ourlé aux extrémités. La rayure a retenu mon attention, à 1€ le bout, je ne risquais pas grand chose :

Ces derniers temps j’ai utilisé un cabas trouvé au marché comme sac à main. Il est sympa, sur fond bleu à pois blancs avec les anses torsadées en coton. Ouais mais un cabas en guise de sac à main, on s’y perd tellement c’est grand, rien que de retrouver mes clés était compliqué.

J’envisage alors de me coudre un sac à main plus petit et puis d’une forme différente de celle que je répète à l’envi. Je file dans mon atelier et jette mon dévolu sur une grande toile, style toile à matelas. Ce qui me fait repenser à ma bande de tissu. Comme je souhaite un petit sac, la bande suffira à elle-seule.

J’ai un peu compliqué l’idée en ajoutant un passepoil, histoire de donner un style à mon futur sac :

Évidemment mes éternels grigris sont revenus se placer sur les anses 😉 De l’autre côté j’ai aussi réajuster mon flacon de gel hydroalcoolique, la pandémie n’est pas terminée et j’ai beau avoir reçu la première injection, je continue à faire gaffe :

Pour confectionner ce sac, j’ai joué avec des pressions pour contenir mon bazar, j’ai aussi cousu deux poches intérieures sur la doublure, une grande d’un côté une plus petite de l’autre :

Les anses sont assez longues pour que le sac soit porté à l’épaule.

Voilà nos activités à tous deux cet après midi. Mon mari est toujours à l’œuvre, du moins sont imprimante, car je lui ai, enfin, montré le modèle dont j’avais entendu parlé et il est en train de préparer des cônes de piégeage.

Bonne soirée,

c’est dans la poche(tte) !

C’est presque : la copine, d’une copine, d’une copine aimerait une pochette de ce genre pour sortir promener Mirza.

Car c’est bien ainsi que des demandes me sont faites !

Là, j’ai mis du temps. Le froid d’abord m’a fait éviter de monter dans mon atelier-grenier non chauffé, 12° pour manier des ciseaux, pas top. Puis dans la foulée je n’ai eu de cesse que d’aller au bout de mon roman en cours : Le vallon des Parques de Sylvain Forge. Un peu épais le roman, mais captivant.

Aujourd’hui, température tout-à-fait correcte là-haut, alors je monte. Et puis l’envie de m’y remettre aussi.

Je n’avais comme impératif que la taille de la pochette et le choix du motif brodé : iris ou marguerites. Dans la taille qui m’était demandé j’ai logé … des marguerites :

Pour le tissu : feu vert. J’ai utilisé plusieurs tissus, à tel point que même la bandoulière est bariolée.

Doublure de couleur non salissante, c’est plus pratique avec une petite poche intérieure (qu’on ne voit pas ici) :

Voilà pour aujourd’hui.

Bonne soirée

pochette tordue

Il y a déjà deux ans, quand nous sommes allés la dernière fois en Grande-Bretagne, j’avais pris ceci en photo :

C’est une pochette, style berlingot, mais encore plus tarabiscotée. Là, elle est zippée et ouvrable des deux côtés, à l’aide de deux tirettes, et conçue dans une matière assez épaisse et sans doublure.

Évidemment j’ai eu envie de copier cette idée, mais doublée …

Pour commencer j’ai tracé un patron :

Puis j’ai utilisé des fermetures à glissière de 50 cm de longueur que j’ai cousues coincées entre les deux tissus, celui du dessus et la doublure renforcée d’une ouatine pour le maintien de la pochette :

Une petite finition sur la tirette et voilà.

Quand la fermeture à glissière est totalement ouverte cela nous donne ceci :

J’ai un tissu, style drap bien épais, je vais essayer d’en faire une avec et de ce fait ne pas doubler, à suivre.

Bonne soirée

pochettes pour …

Déjà je continue les pochettes pour ranger nos masques de protection, modèle plus simple sans biais, le tissu vient du magasin Action :

Et puis j’ai craqué aussi dans ce magasin pour ces petites piles bien sympathiques :

Pour les utiliser j’ai commencé avec une pochette de rangement de … quelque chose ! J’ai cousu les carrés de tissus après avoir organisé leur assemblage ;

Pour donner du maintien j’ai surpiqué avec un petit point sympa sur un molleton :

Et voilà la pochette finie :

Avec une doublure pour cacher les coutures intérieures :

Finalement j’ai utilisé très peu de carrés du paquet.

Bon weekend à tous

retour aux loisirs

Voilà, on ne m’attend plus. Cette denrée rare se trouve en grandes surfaces, plus besoin de mettre la main à la patte et de coudre des masques.

Sans perdre un instant j’ai rebranché l’extension de broderie de ma machine et je me suis lancée dans le montage d’un petit sac circulaire, une commande passée suite à mon vide-grenier de confinement 😉 Martine s’est régalée à piocher dans mon tas de petits sacs brodés et m’en a demandé un autre.

Celui-ci sur tissu noir, brodé d’un renard. En fait de broderie ce sera un appliqué. Les dimensions ont été décidées d’un commun accord et voilà la chose terminée :

Une petite doublure pour cacher les coutures intérieures et le tour est joué :

J’ai pris un plaisir fou à créer ce petit sac, j’ai envoyé immédiatement la photo, la chose est appréciée 😉

Après mes 606 pièces d’usinage, le plaisir était complet.

Bon début de dernière semaine de confinement, j’espère vraiment …

nouvelle trousse de toilette

Tout d’abord je vous montre le modèle :

 

Cette trousse, ronde, est copiée sur celle d’une camarade d’asso de couture. La sienne avait vécu, elle provenait du commerce, et comme elle aimait le modèle, elle a mis à plat la trousse et s’est servie du patron pour recopier à l’identique avec des matières plus à la mode. Le résultat est superbe et son patron a fait le tour des adhérentes de l’asso, dont moi !

Certaines utilisent cette bourse en sac à main, moi je souhaitais en effet, redonner un coup de jeune à ma trousse que je promène depuis l’âge de mes 18 ans, c’est dire si je l’avais assez vue 😉

Pour se faire, j’ai utilisé de la récup. Déjà une alèse de lit en coton épais qui était remisée faute de ne plus servir et qui m’a servi de renfort, et des sets de table matelassés pas mal démodés qui ont fait l’affaire pour le fond.

Ensuite du biais découpé dans un drap pour servir à préparer mon passepoil :

Les dimensions reportées provenant du patron d’origine :

Et la préparation du cercle pour le fond découpé dans un cartonnage pour être plus facile à tracer sur le tissu :

Après ? Eh bien après, monter le fond avec son passepoil :

Puis petit-à-petit tout adapter. J’ai cousu tout l’ensemble de A à Z lors de notre réunion (non autorisée à la salle de l’asso par les directives préfectorales, c’est que nous sommes en zone de contamination) mais chez l’une d’entre nous qui a eu la bonne idée de nous appeler. Temps de fabrication : 3 heures moins le temps de la pause goûter (le tissu était déjà coupé à l’avance).

Ce matin j’ai simplement mis en place les liens et les perles pour les finir joliment.

A l’intérieur j’ai doublé de tissu enduit, car une trousse de toilette est communément humide quand on y met la brosse à dents, le savon, le gant de toilette, etc.

Je suis allée chercher mon ancienne trousse de toilette et j’y ai trouvé des petites choses, comme bouchons d’oreilles (quand je pars en vacances avec ma maman et que nous dormons dans la même chambre, la chaudière maternelle me dérange a litlle bit !), les goupillons pour nettoyer entre les dents, la plaquette de paracétamol toujours présente au cas où, bref un tas de trucs qu’on ne laisse pas en vrac dans la trousse.

Ma chère amie Anne m’ayant offert de très jolies fermetures à glissière, je me suis dit que j’allais en utiliser pour fermer une petite pochette.

Je reprends les mêmes tissus que la trousse, définis la taille désirée et hop là, je me fais mon petit modèle personnalisé :

Ce qui me fait la pochette idéale :

Il me reste à placer celle-ci dans la trousse :

Vivement les prochaines vacances 😉

 

Bonne journée

 

 

 

janvier

C’est fou le nombre d’anniversaires qui sont inscrits dans mon agenda en janvier ! C’est pour moi le mois le plus chargé en célébrations de cet évènement.

Cela commence la 5. On est à peine sortis des fêtes qu’on recommence les souhaits.

J’ai ma bonne amie qui a en effet fêté un an de plus ce jour. Heureusement pour moi je ne l’ai pas vue encore et cela va se passer la semaine prochaine. Cela m’a permis de faire son cadeau un peu sur le tard.

Comme je m’adonne à la confection de panières origami, j’ai un peu changé le format de l’une d’elle et voilà le résultat :

A l’intérieur j’ai glissé un flacon de savon liquide, un flacon de lotion antiseptique pour les mains, des limes à ongles et un baume pour les lèvres, qui n’a aucun rapport avec l’entretien des mains, mais qui a l’avantage de se caser dans un godet 🙂

Et puis j’ai réalisé un carré de toilette pour se sécher les mains. Ma géniale machine a cousu le point de frise.

J’ai eu beaucoup plus de mal à réussir à empaqueter le tout dans du papier cadeau !!!

Nous nous réunissons entre copines jeudi prochain, je pense, mais ce n’est pas sûr, la voir ce jour là.

Bonne soirée et bon weekend à tous

bourses à pointes

Un autre modèle trouvé sur la toile que j’aime bien.

Je regarde le blog où figurent les explications et je commence à découper ce qui me servira de patron. Sauf que je me rends compte que c’est prévu pour une mini bourse, ce qui ne me convient pas.

Avant de couper dans le tissu, je décide de tout revoir en dimensions. Pas toujours très simple quand on navigue à vue …

Mais ma foi j’ai réussi à ne pas me louper :

Le plus long est le découpage des pièces de tissus

Après c’est du montage pièce par pièce

Et un petit rajout « maison » de couture de fermeture pour la partie qui sert de passage des liens

Si cela vous intéresse, vous pouvez ou suivre les dimensions du blog référencé ci-dessus ou sinon, pour plus grand, je vous donne mes mesures personnelles :

Pour les pointes à raison de 8 de chaque

Un cercle de 18,5 de diamètre  qui servira pour le fond extérieur et le fond en doublure.

Pour la doublure une bande de 56cm de large sur 17,5cm de haut

Et deux bandes de 29cm de large sur 8 cm de haut qui vont servir à faire la bande qui sert de passage aux liens.

Pour le montage retour sur le blog d’origine.

Allez zou ! Au boulot 😉

Bonne soirée

pochette origami

J’aime beaucoup le pliage de tissu pour obtenir des sacs ou pochettes. Vous avez déjà vu passer des sacs origami sur mon blog. Il y a déjà un bout de temps que je regarde sur le net comment sont faites les pochettes origami mais je ne m’étais pas encore arrêtée sur la question. Et puis, à ma réunion de couturières, l’une d’elle, Édith pour ne pas la nommer, nous montre cette pochette qu’elle avait réalisée. Cela m’a définitivement décidée à me pencher sur le modèle.

Et vous me connaissez maintenant, quand j’aime je ne compte pas 😉

Et ce n’est qu’un début. C’est un vrai plaisir à réaliser, ultra rapide à faire. Vous trouverez facilement le modèle sur le web. Je ne fais pas de pub pour l’une ou l’autre, à vous de trouver, c’est très simple.

Et puis la nouvelle année m’a fait ouvrir les yeux.

Jusqu’ici je cousais et réalisais un tas de choses (jusqu’à m’en épuiser l’année dernière, tellement j’ai préparé de modèles) pour les vendre sur deux expositions dans l’année. Sauf que j’en suis revenue. J’essaye de réaliser mes petites affaires avec amour et surtout qualité et je dois « vendre » vil prix pour que cela trouve preneur. J’en suis tellement dégoûtée que ce système est terminé pour moi. A croire que les gens considèrent que ce qu’on réalise c’est du vite fait en 5 minutes, d’une part et évidemment on trouve les fournitures en soulevant je ne sais quoi, c’est du gratuit bien entendu. Ne serait-ce que les broderies à la machine, cela coûte un sacré paquet de sous entre les fournitures diverses plus l’achat des motifs.

Bref, j’ai décidé maintenant que ce que je fais, je vais l’offrir. Au moins pas d’attente qu’on paye mon travail trois fois rien et je vais faire plaisir à mes amis. Voilà !

Bonne soirée et à plus pour d’autres créations faites avec amour comme il est écrit sur mes rubans « handmade with love »

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :