il ne reste que les souvenirs

Ma belle-maman était une femme discrète, bonne, douce, une grand-mère adorée par ses nombreux petits-enfants. Elle était la maman de 6 grands gaillards, mariés, re-mariés, re-re-marié pour l’aîné, veuf en première noces pour le second. Avec ses 6 garçons, dont deux restés célibataires, elle a fait la connaissance de 8 belles-filles. Je suis l’avant-dernière arrivée, très peu de temps après le veuvage de mon mari. Elle m’a accueillie sans discrimination, et pourtant je ne parle que très peu sa langue. Jamais elle n’a porté un avis désagréable sur qui que ce soit de sa famille. Elle avait le cœur sur la main. Me sachant passionnée de travail manuel, elle m’a donné beaucoup d’accessoires, revues, etc, dont elle ne s’est plus servie quand ses mains se sont déformées. Elle avait une mémoire d’éléphant. Mon mari recevait sa carte à chaque anniversaire, Noël. Dans les dernières années, le timbre qu’elle collait sur l’enveloppe ne correspondait pas à l’envoi vers la France et nous recevions les courriers deux mois plus tard, les britanniques se vengeant en confisquant le courrier pour un certain temps !

J’ai de jolis souvenirs dans sa cuisine où pour satisfaire la gourmandise de mon mari, nous préparions ses crumbles préférés toutes les deux. Elle avait la main verte et m’a donné un tas de jolies plantes vertes que je surveille avec amour. Elle jardinait beaucoup et nous revenions avec des framboisiers, des légumes, des plants de toutes sortes.

Puis elle a commencé à ne plus vraiment pouvoir se déplacer toute seule, fatiguée par ses deux prothèses de hanches dont l’opération de la deuxième a été un fiasco en bonne et due forme (opération qui a du être refaite car infection débutante), ne plus voir, presque aveugle, car ne souhaitant plus se soigner, n’ayant pas recours au dentiste pour la même raison, se laissant glisser doucement vers la tombe. Ses journées devenaient d’un triste à mourir.  Elle ne se nourrissait plus. La fin s’est annoncée.

Les médecins ayant donné une date butoir, nous sommes allés la voir une dernière fois. Un jour, où mon mari était parti discuter avec l’infirmier, elle m’a demandé quel était l’âge de mes petits-enfants. Toujours attentionnée. Puis elle est partie une semaine après notre retour en France, le lundi de la Pentecôte. Et là, mes amis, je ne décolère pas …

Est-ce la procédure normale, toujours est il qu’une coroner a demandé à voir le dossier médical de ma belle-mère. Puis après deux semaines d’attente insupportable a ordonné une autopsie … Ma belle-mère avait 88 ans, elle me disait, car elle s’en souvenait, qu’elle avait le même âge que ma maman.

L’autopsie a été pratiquée sur cette petite grand-mère qui ne demandait à partir que tout aussi discrètement qu’elle a vécu … Conclusion : mort naturelle.

Enfin le permis d’inhumer a été signé. Cela se fera la semaine prochaine. Nous n’irons pas, nous ne pouvons pas, mais je ne cesse de penser à elle, de ce qu’on lui a fait, et de cette attente interminable. Je n’ai qu’une hâte qu’elle repose enfin en paix.

La dernière attendrissante photo du couple à la maison de repos où ma belle-maman a passé ses dernières semaines.

Mon beau-père va se retrouver bien seul.

 

Publicités

la semaine dernière

Nous avons passé une semaine en Angleterre. D’abord en Essex pour visiter la famille, puis nous avons filé sur Bristol. Grosse agglomération du Sud Ouest de l’Angleterre, ville très verte.

Avec notre fille qui termine ses obligations d’études dans cette ville, nous sommes partis nous balader. C’est génial ces villes de Grande-Bretagne où on traverse de larges prairies herbeuses parfaitement entretenues sans un seul caca de chien. Puis nous avons pris une jolie allée boisée :

Vue imprenable sur les mollets pas encore bronzés de mon mari !

Le long de cette allée, le nez au vent, que découvre t’on ?

Le logement de Gromit !!

Je n’avais pas idée qu’il logeait dans une luxueuse demeure de Bristol, petit cachotier 😉

J’adore l’humour british !!!!

Puis, arrivés dans la partie plus construite, je découvre les immeubles agrémentés de balcons de l’époque victorienne :

Nous avons déjeuné là, « The Clifton Sausage »

Je n’ai pas mangé de « sausages » mais un haddock fumé délicieux et un sticky toffee pudding en dessert. Ouarfffff !!!!

Ensuite, nous avons continué notre séjour dans le Dorset, plein sud. Nous y avons retrouvé nos excellents amis qui nous ont baladés à Poole et Swanage.  Nous sommes déjà venus dans ce coin là. A Swanage nous avons randonné sur la côte, j’espérais voir des macareux qui nichent en ce moment, mais ils sont restés très discrets 😦

Nous avons déjeuné dans un pub, « the silent woman », encore des établissements que je visite avec gourmandises, aussi bien visuelles qu’appétissantes.

Puis retour en ferry par le port de Poole. Nous avons traversé jeudi sur une mer d’huile. Coup de bol, ce n’était plus du tout la même chose le lendemain avec le passage de la tempête meurtrière Miguel.

Encore une belle semaine passée Outre-Manche.

Bonne semaine

Jeu de mots

Préparatifs de cadeaux pour la fête des mères, ou même la fête des pères, aussi !

Pour fauteuil, ou ailleurs 🙂

Et pour la mienne de maman, c’est en cours.

Et vous que préparez-vous pour vos mamans ?

Bonne soirée et bon début de semaine

Si vous voulez me rencontrer

après demain, je serai là 😉

A deux pas d’Auray.

Venez nombreux j’ai encore vidé mes réserves !!!

Bonne soirée

petit bout d’amour !!!

La semaine dernière j’ai gardé mon petit bonhomme de bientôt 4 ans.

Monsieur est un peu fainéant sur la bordure et a tendance à zézayer ! Maintenant qu’il est GRAND, il suffit de lui dire les mots dans la bonne prononciation et il s’applique à les répéter correctement.

Alors que je le rapportais à sa maman, sur la route, il voit un grand espace bien vert. Il me dit : « ça c’est un samp ! »

Moi : « non mon petit lapin, c’est un champ ».

Lui : « un champ. »

Comme j’étais en descente et dans des virages je faisais attention à la route et ne l’ai pas félicité immédiatement.

Du coup il me pose la question : « ech’que z’ai bien dit ? »

Krop mignon !!!!

Bonne soirée

Bosch : la détestable arrogance

J’en ai mis du temps, mais là, j’enrage !

Je suis fidèle à l’électroménager « Bosch » depuis au moins 30 ans ! Mais là, trop c’est trop.

Nous avons acheté, en 2013, un lave-vaisselle de marque Bosch :

Mon mari a investi dans du matériel fiable, une marque réputée. Mon ancien lave-vaisselle, acheté en 1995 fonctionne toujours chez mes enfants, c’est dire si nous croyons en la fiabilité de la qualité Bosch.

Je suis quelqu’un de respectueux du matériel. Ce lave-vaisselle, qui va aujourd’hui sur ses 6 ans, fonctionne au minimum, une fois tous les deux jours (nous sommes deux à la maison). Vous voyez la façade de ce lave-vaisselle, en inox, qui a déjà subit un déménagement et qui est comme neuf … ou presque ! Et c’est là que le bât blesse 😦

J’avais, alors que le lave-vaisselle était toujours sous garantie (en 2014), contacté la maison Bosch en leur signifiant que j’avais un problème sur la qualité de la matière du bandeau de commandes et que je ne devais pas être la seule personne dans ce cas, sur cette série d’appareils, que l’information leur avait été certainement déjà rapportée. Ce bandeau présentait des tâches indélébiles, photo pour prouver mes dires à l’appui.

 

Il m’a été répondu, à moi la jeune écervelée (57 ans au compteur à ce moment là, ne sachant en effet pas utiliser une éponge …) qu’il me fallait simplement nettoyer mon bandeau avec un chiffon doux, surtout pas abrasif, et un produit doux, voire exceptionnellement un produit style alcool à brûler.

Évidemment, tiens donc, qui l’eut cru ? Et avec cela , démerde toi ma belle avec ton problème de crasse, tu n’as qu’à nettoyer chez toi … Donc, Bosch n’a rien voulu savoir.

OK !

Je reçois, en 2016 peut-être, un mail, pour critiquer et donner mon avis sur les appareils ménagers Bosch.

Oh mais qu’à cela ne tienne, avec grand plaisir. Et me revoilà à me plaindre sur LE SITE BOSCH du peu de qualité de certains matériaux utilisés sur ces appareils.

Hic !!!

Un mail m’est parvenu de cette GRANDE MAISON BOSCH pour me signifier que ma critique ne pouvait pas être retenue.

Ben voyons, comme c’est bizarre !!

Aujourd’hui, j’ai pris le taureau par les cornes et je me suis attaquée à mon bandeau. Fichu pour fichu, il est tellement laid, que je l’ai nettoyé (avec un chiffon doux, hein, quand même … soyons fous !) carrément à la lessive de soude, eh oui.

Ah ben oui, c’est en effet de la bonne qualité, même les tâches résistent !!

Je montre en lumière rasante pour vous prouver que je n’ai jamais attaqué le bandeau avec une matière abrasive :

Si, à tout zazard LA GRANDE MAISON BOSCH venait à lire ces lignes, sachez que ma cuisine est ouverte, que mon lave-vaisselle se voit depuis le fond de mon salon et que je fais une pub d’enfer à cette maison trop sûre de la qualité de son matos et prenant la pauvre femme au foyer, ménagère de plus de soixante ans, dorénavant à la retraite, pour une véritable pomme (restons correctes!) 😦

Ah oui, j’oubliais, article relayé sur Facebook, page ouverte à tous, pour diffuser largement !!!! Autant se faire plaisir, pour une fois.

Comme quoi, il n’y a pas que notre actuel président qui ne sait pas écouter.

Sur ce bonne journée à tous, Bécassine va continuer son ménage

salto arrière

Ou presque …

Tout le monde le dit, le redit, les « vieux » doivent faire attention à l’équilibre. Ben voui hein !

Voilà !!!

Ça, c’est mon grenier, avec ma tente de protection (faite de vieux draps de toile pour m’éviter la proximité de la laine de verre), où je passe le plus clair de mon temps à animer mes mains :

Pour aller chercher ce qu’il y a sur le devant de la dernière étagère du haut, je n’ai pas besoin de me hisser sur quelque chose.

J’envisage d’exposer, en mars prochain, pour vider mes étagères, lors d’une bourse de loisirs créatifs locale. J’ai tout ce qu’il faut pour remplir un stand. Le moins utilisé de ma part se trouve donc au fond de cette étagère élevée, cqfd. Donc ce joli tabouret, là, devant sur la photo, me permet d’aller farfouiller dans les airs.

Et, les mains pleines, déjà d’un tas de choses, elles que j’utilise puisqu’elles sont devant, je cherche à attraper de rouleau de ruban fronceur, là-derrière :

Et là, basculement du tabouret, puisque je me suis mise sur la pointe des pieds, et hop, je vous passe la figure de style …

Je me suis retrouvée assise sur le sol en béton. Un joli plouf en accéléré !!! Je me suis mise à quatre pattes pour respirer, car « purée » ça fait mal … Mon mari est arrivé en courant et en m’engueulant, il en avait tout le droit.

Sur le coup, bon, je suis redescendue de mon grenier, j’avais tout de même le fessier endolori. Je me suis couchée le soir, oh, cela coinçait un peu. Une bonne nuit m’a permis de calmer mes muscles meurtris. C’est là que je me rends compte que je ne suis pas (encore…) atteinte d’ostéoporose.  Mais un joli nuage de couleurs tendance s’est installé dans le haut de mes jambes :

Au passage j’ai écrabouillé une caissette en bois :

Et j’avais perdu un chausson que j’ai mis un certain temps à retrouver, il était à l’opposé de mon établi …

Promis je ne recommencerai pas et utiliserai dorénavant, l’escabeau qui se trouve juste derrière ma tente en draps, hmmmm !!!!

Bon week-end à tous et portez-vous bien, comme ils disent dans ma famille là-haut : « take care ! ».

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :