et pour terminer

Eh oui, chers lecteurs, cela fait 11 ans que je sévis sous cette appellation « creativitesmanuelles » sur Blogspot pour commencer et ensuite ici. J’apprécie wordpress et y reste, mais fini ce blog-ci. J’ai utilisé la capacité gratuite (à quelque chose près, je laisse de la place pour les commentaires qui continuent d’arriver sur des articles assez anciens) et je vais écrire dorénavant sur le blog que j’ai créé en juin 2019.

Pour finir sur mes dernières activités je vous fais part de mon intention d’offrir ce petit présent à des amis à qui nous rendons visite aujourd’hui.

Dans cet objectif, j’avais trouvé à « l’effet papillon » à Baud (ressourcerie) ce petit panier :

Un bon coup de nettoyage sous l’eau, brossage au goupillon pour éliminer toutes les impuretés provenant d’on ne sait où, séchage, le voilà comme neuf. Comme je souhaite offrir un de mes pains au levain faits maison sans pétrissage et cuits en cocotte :

Je prépare un bout de torchon pour y déposer ce futur pain. Après couture des ourlets je me dis qu’une borderie serait la bienvenue, allez zou, on y va :

Ensuite, attendre une nuit, cuire et présenter le tout :

Après cette broderie, j’avais en tête depuis belle lurette, d’utiliser un autre motif sur un T-shirt. Un fond noir m’irait bien comme support, je vais ainsi trouver cela dans un tiroir et … yapluka :

Pour de nouvelles aventures créatives je vous propose de me suivre sur ces nouvelles pages https://domdolls.home.blog/

Merci à vous tous de m’avoir suivie ici, et merci tout particulièrement aux lectrices les plus actives qui sont dans l’ordre pour les premières : Brode rien que pour toi (Laurence), Marietoutzazim (Marie), Zack-Créations (Jacqueline), Papiercrayons (Cathy), Les créations Ambre Indigo (Anne) et Josye qui n’a pas de blog.

Bon dimanche et prenez soin de vous

Je participe

Mes parents sont nés respectivement en décembre 1930 et novembre 1931. Ils ont pour habitude de fêter leurs dizaines et ont commencé par la soixante (disponibles car en retraite) et ont appelé cela « fêter leur 120 ans ». Nous avons eu droit au 140 ans, au 160 ans et là nous allons donc fêter leurs … C’est bien vous suivez et savez compter !

Ma mère, têtue comme pas possible, s’est mis dans la tête de nous réunir (amis, famille) le samedi 5 juin. Elle lance ses invitations en mars. Entre temps, reconfinement, les restaurants toujours fermés, chacun de notre côté, nous sommes archi sûrs que cela tombera à l’eau. Mon père, avant que ma mère lance ses invitations, lui susurre de retenir le mois de septembre. Est-ce l’âge aidant, ma mère est pressée et tient tête à tout le monde.

Patatra, le couperet tombe, le 5 juin les restaurants en intérieur seront fermés. Cette réunion est maintenant repoussée à juillet.

Comme ma maman connaît mes prédispositions à confectionner des quantités de choses, elle me contacte et me demande ce que je pourrais broder à la machine pour offrir aux dames lors de cet anniversaire. Cela tombait bien, je pensais justement à l’idée en me disant que ce serait une façon de participer à leur cadeau. Nous nous mettons d’accord sur un cabas. Ma mère me laisse le choix du motif de broderie et me demande de rajouter leurs prénoms et leurs anniversaires. Bon, perso je trouve que c’est dommage car on ne se balade pas avec un cabas très personnalisé, du moins c’est mon avis. Mais je m’exécute et soumets un prototype :

Un motif de roues d’horloge et de montre à gousset, une suggestion de temps qui passe plus les écrits demandés. Finalement, ma mère, comme mon père, se rendent compte que c’est un peu trop, mais considèrent que le motif est bien trouvé. Bien, bien, bien !! Nous nous accordons sur ce modèle :

Après réponses des personnes invitées, ma maman me commande 15 cabas. Je m’y suis mise tranquillement dès avril et cet après-midi j’ai fini la quantité :

Cela m’a mangé pas mal de draps, surtout que ces cabas sont doublés, l’avantage de cela on ne voit pas l’envers de la broderie :

Ce modèle de cabas est bien fini, c’est un modèle que j’ai pris dans livre « Sacs et accessoires  » D’Anne Pia

J’ai l’esprit libre, mon job est terminé. Je vais leur apporter la semaine prochaine car je peux sortir de mon département pour leur rendre visite dans le département voisin.

Bonne soirée

activités de couple

Depuis quelques jours, j’ai vu un reportage sur une personne qui a créé un piège à frelons asiatiques très efficace. J’en ai parlé à mon mari mais sans lui montrer ce que j’avais vu. Ni une ni deux, il démarre son imprimante 3D :

Ce n’était pas vraiment le format que j’avais vu, mais ce petit format me permet de tester dès ce soir, même si je m’y prends tardivement :

Pour ma part, il y a de ça quelques semaines, j’avais trouvé, dans une ressourcerie, une bande de tissu de 32cm de large sur 2m de long qui m’avait bien plu. Je ne sais pas trop pour quel usage cela était destiné, 100% coton, et ourlé aux extrémités. La rayure a retenu mon attention, à 1€ le bout, je ne risquais pas grand chose :

Ces derniers temps j’ai utilisé un cabas trouvé au marché comme sac à main. Il est sympa, sur fond bleu à pois blancs avec les anses torsadées en coton. Ouais mais un cabas en guise de sac à main, on s’y perd tellement c’est grand, rien que de retrouver mes clés était compliqué.

J’envisage alors de me coudre un sac à main plus petit et puis d’une forme différente de celle que je répète à l’envi. Je file dans mon atelier et jette mon dévolu sur une grande toile, style toile à matelas. Ce qui me fait repenser à ma bande de tissu. Comme je souhaite un petit sac, la bande suffira à elle-seule.

J’ai un peu compliqué l’idée en ajoutant un passepoil, histoire de donner un style à mon futur sac :

Évidemment mes éternels grigris sont revenus se placer sur les anses 😉 De l’autre côté j’ai aussi réajuster mon flacon de gel hydroalcoolique, la pandémie n’est pas terminée et j’ai beau avoir reçu la première injection, je continue à faire gaffe :

Pour confectionner ce sac, j’ai joué avec des pressions pour contenir mon bazar, j’ai aussi cousu deux poches intérieures sur la doublure, une grande d’un côté une plus petite de l’autre :

Les anses sont assez longues pour que le sac soit porté à l’épaule.

Voilà nos activités à tous deux cet après midi. Mon mari est toujours à l’œuvre, du moins sont imprimante, car je lui ai, enfin, montré le modèle dont j’avais entendu parlé et il est en train de préparer des cônes de piégeage.

Bonne soirée,

l’arrivée du printemps

Comme chaque année je me consacre à une corvée. C’est ainsi que je considère ce renouveau sur mon ensemble de fauteuils de salon. Chaque année je vous fais revenir en arrière et vous propose de retrouver cet ensemble d’un canapé trois places, de deux fauteuils et d’un pouf que j’avais rhabillés

avant :

après :

housses de fauteuils

J’ai un séjour salon en angle de la maison et très exposé au soleil qui entre facilement dans la pièce. Moi j’adore cette luminosité qui me change de la longère sombre où nous habitions auparavant. Cette pièce est exposée sud-ouest et est donc baignée de soleil à longueur de journée quand ce dernier nous honore de sa présence. Ce qui fait que la couleur de mes sièges se ternit chaque année. La première fois que j’ai voulu rénové ce tissu, j’ai eu la flemme de refaire, encore, tout le travail de couture et pensé à teindre les housses des coussins, les housses des bases restant de couleur gris bleuté très clair. Cela donne à chaque fois un coup de peps à l’ensemble :

Cette année, en plus du coup de rajeunissement, j’ai eu envie de changer de couleur, facile avec la teinture, c’est devenu bleu-marine :

Je suis contente, cela rehausse les couleurs de l’ensemble de la pièce.

Si je dis que c’est une corvée, c’est que l’ensemble est difficile à dé-housser pour mes mains fatiguées et encore plus pour remettre en place car, à chaque fois, comme il y a deux passages en machine (lavage + teinture), les housses rétrécissent. Je passe beaucoup de temps rien que dans la manipulation des housses.

En attendant l’usure du tissu, je passe au travers, à moindre frais, du travail de confection !

Bon weekend à vous tous,

papier poésie, le tuto pour commencer : une sortie à moto

Ce qu’il faut pour commencer.

Jusqu’à maintenant j’ai utilisé un petit peu de bois flotté, mais c’est une matière dont je ne dispose pas beaucoup, malgré ma proximité de la mer. Ensuite j’ai utilisé des petites rondelles de bois achetées dans les magasins genre Centrakor, etc., au rayon loisirs créatifs. Et là, j’ai demandé à mon mari de me débiter des rondelles dans un morceau de noyer. Il a fait cela avec notre gentil voisin qui a le matériel adéquat pour la découpe. Pour remercier notre gentil voisin, je vais lui offrir un modèle de papier poésie qui me sert à montrer comment je procède.

Après la découpe :

J’ai poncé l’une d’elles avec du papier de verre :

Elle est ainsi beaucoup plus lisse :

Puis j’ai enduit avec de l’huile de lin pour retrouver l’essence du noyer et ciré :

Voilà pour le socle.

Ensuite il faut réunir un peu de matériel et d’outillage :

J’ai acheté le kraft armé ici. Comme je n’ai pas de commission chez ce vendeur je me permets de vous dire que si vous habitez une région viticole cela se trouve dans les magasins de jardinage sous le nom de ficelle de viticulteur. Il faut en acheter de la fine. C’est une matière qui se trouve aussi chez les fleuristes. Ou chez les chinois si vous n’êtes pas pressés !

Pour commencer un modèle il faut trouver l’idée de départ. Sur Pinterest il y a beaucoup de modèles. Pour celui que j’utilise ici, c’est ciblé. Mon gentil voisin faisant des sorties à moto avec sa compagne, je décide de réaliser cette idée. Pour moi c’est la partie la plus compliquée. Je suis nulle en dessin. Et le dessin est la base de départ de la réalisation du modèle !

Donc je me lance :

Ce dessin va être le support du départ de la réalisation.

On commence par prendre le fil de kraft armé et suivre le tracé du dessin, on ne coupe pas de fil au départ :

Le fil est coupé quand on a seulement fini une partie qui peut se faire en un seul morceau. Recommencer la manœuvre autant de fois que nécessaire :

Là, j’ai les deux motards, ce qui fait deux créations différentes. Ensuite, encoller à l’aide du pinceau et de la colle blanche à prise rapide sur l’arrière du fil pour le poser sur le papier :

Recommencer autant de fois que nécessaire :

Pour bien coller le papier il faut lester le fil dessus :

Puis à l’aide de petits ciseaux, une fois bien collé, découper le papier suivant le contour du fil :

Prévoir le collage de l’ensemble sur le socle. Ou percer si ce ne sont que des pointes de fil à ficher. Ou, comme ici, prévoir des encoches :

Avant de coller la moto sur le socle, je positionne mes trois pièces ensemble en les collant entre elles, je badigeonne de colle les encoches et je fixe le tout :

Ma moto ressemble plus à un tandem, là c’est mon coup de crayon qui n’est pas idéal … Comme ma rondelle a un trou (naturel) au milieu, je lui incruste un arbre !

Et voilà :

A vous de créer maintenant !!

Bonne soirée,

pochette tordue

Il y a déjà deux ans, quand nous sommes allés la dernière fois en Grande-Bretagne, j’avais pris ceci en photo :

C’est une pochette, style berlingot, mais encore plus tarabiscotée. Là, elle est zippée et ouvrable des deux côtés, à l’aide de deux tirettes, et conçue dans une matière assez épaisse et sans doublure.

Évidemment j’ai eu envie de copier cette idée, mais doublée …

Pour commencer j’ai tracé un patron :

Puis j’ai utilisé des fermetures à glissière de 50 cm de longueur que j’ai cousues coincées entre les deux tissus, celui du dessus et la doublure renforcée d’une ouatine pour le maintien de la pochette :

Une petite finition sur la tirette et voilà.

Quand la fermeture à glissière est totalement ouverte cela nous donne ceci :

J’ai un tissu, style drap bien épais, je vais essayer d’en faire une avec et de ce fait ne pas doubler, à suivre.

Bonne soirée

Allez, le premier de l’année !

Chargé d’espoirs !

Prenez soin de vous !

Joyeux Noël

A vous tous mes gentilles lectrices, gentils lecteurs.

sur ma lancée

J’ai reçu le produit que j’attendais pour la réalisation de ma dernière découverte.

Il y a un tas de modèles sur Pinterest et j’ai copié celui-ci sur le blog de Rêverie de Papier :

Avec un papier scintillant :

Comme c’est ultra léger comme modèle, celui-ci a trouvé sa place sur le cadre du miroir du séjour :

J’aime beaucoup cette activité créative, ludique et nécessitant peu de matériel. Que du plaisir.

Bonne soirée

étui à gel hydroalcoolique sans couture

Encore un après-midi occupations manuelles. Pour se faire, je sors ce dont j’ai besoin et au fur et à mesure j’en rajoute, sans pour autant ôter les affaires qui ne me servent plus car j’ai changé d’activité, cela donne cela :

Ma mère, qui connaît ma passion dévorante et encombrante de faire bouger mes mains, vide ses placards dans mon atelier. Et moi je conserve …

Il y a un certain temps elle m’a donné les restachoux de ses fenêtres de toit que mon père avait dézingués pour en placer de plus cossus. Les voilà arrivés sur mon établi :

C’est costaud, c’est imperméable, c’est rigide et comme j’avais l’idée de me lancer, comme tout le monde, dans la fabrication d’étuis à gel hydroalcoolique comme cadeau d’appoint pour Noël, eh bien voilà yapluka ! Il me faut me munir d’un tas de petits accessoires et surtout oublier, pour une fois, ma machine à coudre :

J’avais trouvé les petits flacons, j’ai préparé un gabarit sur une idée vue un peu partout en ligne :

Des pressions, attaches, porte-clés plus tard et hop c’est fait :

Pratique, vite-fait :

J’en ai fait en série quelques uns :

Bon c’est pas l’tout, mais le costume de pirate de mon petit-fils n’est toujours pas commencé …

Bonne soirée

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :