clocherssssssssssssssss

En Bretagne, la religion catholique est bien représentée. Partout, dans chaque commune, il y a l’école publique et l’école catholique.

Les églises d’origine sont toutes très belles, des clochers très travaillés. La cathédrale de Quimper en est une jolie représentation. Mais chaque village a aussi son église dentelée.

Hier, je suis partie retrouvée une amie qui a acheté une maison dans un petit village où je n’avais jamais mis les pieds. Et là, stupeur, voici ce que j’ai découvert :

C’est bien la première fois que je vois trois églises différentes réunies sur la même place !

Bonne journée

Publicités

Mimolette, THE Cat !

Chacun sait que mon matou est mon pépère chat adoré. Un peu sauvage sur la bordure, ce sont ses origines de chat trouvé dans une bouche d’égout qui ne le quittent pas. Il nous mord (pas jusqu’au sang, mais pas loin) c’est quand il nous adore, cela s’appelle t’il l’amour vache chat ?

Bref, Mimo est aussi un chat allergique. Je le croyais asthmatique, le véto aussi et comme cet hiver il va parfaitement bien, ne tousse jamais, lors de son vaccin annuel, en décembre dernier, le véto m’a éclairée en me disant que non, ce n’est pas de l’asthme mais de l’allergie.

Moi-même, allergique depuis ma plus tendre enfance, à l’entrée de l’été, avec un nez en chou-fleur et des montagnes de mouchoirs trempés, je n’ai jamais pris la patience de vérifier à quoi j’étais allergique. Alors raison de plus pour ne pas le faire pour mon chat. Et puis, si c’est à cause d’une floraison quelconque, lui qui vit le plus clair de son temps dehors, je ne vais pas non plus l’attacher dans la maison 😉

J’ai eu le malheur de l’emmener chez le véto avec un joli collier anti-puces dispendieux bien que en plastique ordinaire. Me suis fait taper sur les doigts … cher, mais servant à rien l’hiver et en plus risquant de polluer la santé et de mon chat et de moi-même à lui faire des câlins. Mimolette n’aime pas les câlins ce qui restreint l’étendue du désastre sur ma santé, mais pas celle de mon chat.

J’ai laissé le collier … je sais … pas bien 😦 Vu le prix, je n’ai pas voulu le couper …

Mais, hors de question d’en remettre un et malgré les conseils du véto de lui diluer une pipette dans le poil (au chat, pas au véto, bien que celui-ci soit très fourni au niveau de la barbe, ailleurs je ne sais pas …) je ne souhaite plus non plus investir dans ces pipettes, très chères également, et à mon avis toutes aussi polluantes.

Donc je vais tester le mélange suivant, deux points ouvrez les guillemets

Pour 200 ml

5 g HE de lavande
5 g HE d’eucalyptus
5 g HE de menthe poivrée
5 cc de vinaigre de cidre
finir en ajoutant de l’eau minérale.

Vaporiser une fois par mois sur les zébrures rousses de Mimolette.

Qui a testé et quelle en est l’efficacité, car j’ai quand même un gros doute sur la faculté d’estourbir ces sales bêtes avec ce produit tout simple ?

J’attends vos avis avant de sévir …

Bonne journée

Pâques pluvieux

Et s’il n’y avait que le week-end pascal :

 

Je veux du soleil

Bonne journée tout de même, je retourne à mes occupations :

Le Portugal sous la pluie

Nous ne bougeons pas beaucoup de notre Bretagne, si ce n’est pour aller visiter la famille en … Grande … Bretagne ! Que nous trouvions du temps très moyen dans cette Grande Bretagne, surtout au mois d’octobre, comme nous y allons régulièrement, cela reste tout à fait normal, mais malgré cela nous trouvons très souvent du temps très, très agréable.

L’année dernière nous sommes partis au Portugal, en juin, alors qu’ils ont souffert de cet épouvantable incendie qui a fait tant de morts sur une route.

Cette année, nous souhaitions y retourner, mais la seule saison possible dans notre emploi du temps se trouvait ces quinze derniers jours.

Nous sommes même rentrés une journée plus tôt tellement le temps était affreux. J’appelais la Bretagne et ma famille me parlait du beau temps breton : grrrrrrrrrrrrr ! D’ailleurs ce matin il fait un temps délicieux ici même, en Morbihan.

Alors je vais vous montrer de l’inimaginable : Lisbonne sous la pluie !

Et dans le brouillard pour compléter. Il est où le Tage ????

Ce quartier de Lisbonne est tout en escaliers, on a fait très gaffe pour ne pas se casser la figure en glissant.

Un joli coup de hasard m’a fait oublier ce mauvais temps en visitant une boutique d’achats compulsifs pour moi 😉

Nous séjournions à Obidos où se trouve un château moyenâgeux avec de magnifiques remparts, nous avons visité le festival du chocolat qui nous a laissé de glace, entrée très chère pour voir trois grossières sculptures en chocolat et surtout visiter un espace de vente :

Toujours sous la pluie, nous n’avons pas quitté nos imperméables 😦

A Caldas da Rainha, nous avons visité la faïencerie, mon mari est resté de marbre ! Et dans une boutique de la ville je me suis rapporté un objet tout à fait de saison :

Heureusement, nous séjournions dans une très agréable petite maison avec un citronnier dans la cour :

Un seul soir nous avons réussi à prendre un verre sur la terrasse …

Avec ses citrons notre hôtesse nous offre sa fabrication personnelle :

Nous avons tout de même réussi à faire quelques visites. Si nous n’avions pas de pluie, un vent tempétueux nous empêchait de profiter d’un climat agréable, là c’est un bel endroit à Foz do Arelho :

Le sable partout sur les routes témoigne de ce vent effroyable.

Puis nous sommes remontés sur Porto, nous avons eu, en cinq jours, un après-midi un peu correct :

La mer n’a pas cessé de se déchaîner. La maison où nous étions n’était pas chauffée, nous sommes même partis un jour plus tôt. Sortir de la douche sans chauffage, je ne vous dis pas …

Nous sommes allés à Porto, où nous nous sommes pris l’orage, nous sommes rentrés trempés jusqu’aux os. Nous nous sommes changés jusqu’au slip !!! Malgré cela nous avons réussi à faire une virée par le marché couvert et typique de Bolhao :

Nous y avons acheté de délicieux boudins noirs.

Avant de partir nous avons fait le plein d’huile d’olive et de Porto ! Nous promener dans les galeries commerciales couvertes devenait notre seule distraction.

Nous sommes heureux d’être rentrés dans notre maison chauffée !!!

Bon dimanche,

Occupations par temps pluvieux

Il fait tellement gris, sombre, que je retarde, chaque jour, mon aller-retour dans le Finistère pour repeindre le deuxième escalier. L’un est fait, le plus exposé à la lumière du jour, mais pour le deuxième il me faut vraiment une journée ensoleillée. Normalement samedi cela s’arrange …

Alors, comme je suis incapable de me croiser les bras, eh bien voilà, j’ai activé mes mains et cela donne une série de créations.

Tout d’abord, un porte-clés en couture pour varier les plaisirs :

Et une production de bijoux en rocaille.

Des boucles d’oreilles :

Un collier :

Un collier plus simple :

Un bracelet :

Et une production personnelle avec un mélange de perles de formes différentes et surtout des perles aimantées, cela fait bracelet ou collier, à chacun sa façon d’accommoder grâce aux aimants :

en bleu

en rose

en gris

Maintenant je vais préparer le repas 😉

Bonne soirée

A chacun son rôle

Arrive un moment, où, imperceptiblement, les places de chacun dans les relations familiales tendent à changer. Sauf que, les participants ne s’en rendent pas compte.

Il y a les grands-parents, les enfants et les petits-enfants. Nous en sommes encore à la possibilité des arrières-petits-enfants, chose possible quand les arrières-grands-parents vivent encore, avec les progrès de la santé c’est tout-à-fait faisable, faut il aussi que les petits-enfants ne donnent pas naissance trop tardivement, comme c’est de plus en plus le cas avec nos jeunes couples maintenant. Le père de mes enfants a eu la chance de se faire immortaliser sur une photo en présence de 5 générations, cela devient rarissime.

Donc chacun à sa place. Les parents s’occupent des enfants.

Eh bien voilà, c’est là que l’ordre devient désordre.

Les générations les plus anciennes demandent plus d’attention. Certes, s’ils vivent vieux et en bonne santé, avec toute leur tête, ils ne vont pas le formuler clairement. Ils sont autonomes bien entendu. Mais combien sont ils attentifs à l’attention que les générations plus jeunes leur prêtent. Si un silence se fait trop long, les questions fusent : que deviennent ils, qu’ont ils, où sont ils ? L’inquiétude se met en place. La surveillance des parents pour leurs enfants est toujours présente, mais c’est aussi un besoin de se savoir entourés. De pouvoir compter sur le secours de la génération suivante, ou celle en dessous. Plus les anciens vieillissent plus ils se savent dépendants de l’aide occasionnelle des plus jeunes et cela se prévoit. Je vieillis donc, un jour, j’aurai certainement besoin des miens.

Mais voilà, et c’est là que le bât blesse, quand on n’est pas déjà octogénaires on est donc encore considérés comme jeunes, actifs, autonomes et se débrouillant seuls. Pire, les générations suivantes on tendance à nous fuir car ils savent bien qu’on a toujours ce sens inné de la famille et de la présence sécuritaire, donc qu’on s’occupe trop des nôtres, on donne bêtement notre avis sur des confessions laissées au creux de l’oreille et vlan, retour de manivelle, mais de quoi vous occupez vous ? Donc nous sommes à fuir. Ne pas donner de ses nouvelles, et surtout ne pas en demander. Si une date particulière arrive, ne pas attendre un coup de fil, cela rend triste bêtement. Qu’attendre de nos jeunes générations ?

La nôtre, nous les soixantenaires, si nous avons la chance d’avoir encore nos parents, nous avons enfin compris que les relations évoluent et basculent. Nous aurons tendance à transformer notre place d’enfants en protection s’assimilant à celle parentale. Ne surtout pas le faire trop ouvertement pour ne pas effrayer nos anciens. Ils ne sont pas gâteux, loin de là, et n’accepteraient pas de se voir infantilisés. Mais nous, soixantenaires, avons compris cette relation inversée.

Pas ceux qui nous suivent.

Ils sont encore dans cette situation, type adolescente, ou les parents gavent !

Un jour, peut-être, et je l’espère pour eux, ils comprendront que nous ne sommes pas là pour les ennuyer et que notre démarche, si elle est balourde, n’est qu’empreinte d’amour.

Moralité : penser à nos parents et faire un geste vers eux sans pour autant les coller. Montrer qu’ils existent et qu’on les aime, lors d’un événement marquant, passer un petit coup de fil rapide de temps en temps, plutôt qu’un sms envoyé à la va-vite, comble de joie, alors que le sms laisse pensif sur le peu d’intérêt porté et rend triste.

Bonne journée à tous,

chacun sa passion

A la maison, mon mari et moi, nous ne nous voyons pas beaucoup dans la journée.

Lui, joue avec son imprimante 3D dans le bureau et moi je passe mes journées dans mon grenier-atelier, à coudre, broder, etc. Parfois je tricote devant la télé, mais là non plus nous ne partageons pas l’écran, mon mari restant dans le bureau pour regarder ses programmes in English dans le texte sur son ordi. Ça a un côté génial, je suis la seule à zapper devant ma télé !!!

Le dimanche matin, pareil, nous ne nous gênons pas dans les couloirs, mon mari partant jouer avec ses maquettes d’avions sur le terrain de son association. Cette passion pour l’aéromodélisme, il la partage avec un copain habitant la même ville que nous et ils se sont tous deux réunis pour présenter leurs jouets au journaliste du Télégramme.

Ce qui a donné une immortalisation bien sympathique dans le canard :

Michael et Yves

Qui a osé dire que mon mari est grand ????  Parce que Yves n’est pas très petit !   😉

Enfin, vous l’aurez compris, nous ne savons pas, ni l’un ni l’autre, nous ennuyer.

Bonne journée

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :