Occupations par temps pluvieux

Il fait tellement gris, sombre, que je retarde, chaque jour, mon aller-retour dans le Finistère pour repeindre le deuxième escalier. L’un est fait, le plus exposé à la lumière du jour, mais pour le deuxième il me faut vraiment une journée ensoleillée. Normalement samedi cela s’arrange …

Alors, comme je suis incapable de me croiser les bras, eh bien voilà, j’ai activé mes mains et cela donne une série de créations.

Tout d’abord, un porte-clés en couture pour varier les plaisirs :

Et une production de bijoux en rocaille.

Des boucles d’oreilles :

Un collier :

Un collier plus simple :

Un bracelet :

Et une production personnelle avec un mélange de perles de formes différentes et surtout des perles aimantées, cela fait bracelet ou collier, à chacun sa façon d’accommoder grâce aux aimants :

en bleu

en rose

en gris

Maintenant je vais préparer le repas 😉

Bonne soirée

Publicités

A chacun son rôle

Arrive un moment, où, imperceptiblement, les places de chacun dans les relations familiales tendent à changer. Sauf que, les participants ne s’en rendent pas compte.

Il y a les grands-parents, les enfants et les petits-enfants. Nous en sommes encore à la possibilité des arrières-petits-enfants, chose possible quand les arrières-grands-parents vivent encore, avec les progrès de la santé c’est tout-à-fait faisable, faut il aussi que les petits-enfants ne donnent pas naissance trop tardivement, comme c’est de plus en plus le cas avec nos jeunes couples maintenant. Le père de mes enfants a eu la chance de se faire immortaliser sur une photo en présence de 5 générations, cela devient rarissime.

Donc chacun à sa place. Les parents s’occupent des enfants.

Eh bien voilà, c’est là que l’ordre devient désordre.

Les générations les plus anciennes demandent plus d’attention. Certes, s’ils vivent vieux et en bonne santé, avec toute leur tête, ils ne vont pas le formuler clairement. Ils sont autonomes bien entendu. Mais combien sont ils attentifs à l’attention que les générations plus jeunes leur prêtent. Si un silence se fait trop long, les questions fusent : que deviennent ils, qu’ont ils, où sont ils ? L’inquiétude se met en place. La surveillance des parents pour leurs enfants est toujours présente, mais c’est aussi un besoin de se savoir entourés. De pouvoir compter sur le secours de la génération suivante, ou celle en dessous. Plus les anciens vieillissent plus ils se savent dépendants de l’aide occasionnelle des plus jeunes et cela se prévoit. Je vieillis donc, un jour, j’aurai certainement besoin des miens.

Mais voilà, et c’est là que le bât blesse, quand on n’est pas déjà octogénaires on est donc encore considérés comme jeunes, actifs, autonomes et se débrouillant seuls. Pire, les générations suivantes on tendance à nous fuir car ils savent bien qu’on a toujours ce sens inné de la famille et de la présence sécuritaire, donc qu’on s’occupe trop des nôtres, on donne bêtement notre avis sur des confessions laissées au creux de l’oreille et vlan, retour de manivelle, mais de quoi vous occupez vous ? Donc nous sommes à fuir. Ne pas donner de ses nouvelles, et surtout ne pas en demander. Si une date particulière arrive, ne pas attendre un coup de fil, cela rend triste bêtement. Qu’attendre de nos jeunes générations ?

La nôtre, nous les soixantenaires, si nous avons la chance d’avoir encore nos parents, nous avons enfin compris que les relations évoluent et basculent. Nous aurons tendance à transformer notre place d’enfants en protection s’assimilant à celle parentale. Ne surtout pas le faire trop ouvertement pour ne pas effrayer nos anciens. Ils ne sont pas gâteux, loin de là, et n’accepteraient pas de se voir infantilisés. Mais nous, soixantenaires, avons compris cette relation inversée.

Pas ceux qui nous suivent.

Ils sont encore dans cette situation, type adolescente, ou les parents gavent !

Un jour, peut-être, et je l’espère pour eux, ils comprendront que nous ne sommes pas là pour les ennuyer et que notre démarche, si elle est balourde, n’est qu’empreinte d’amour.

Moralité : penser à nos parents et faire un geste vers eux sans pour autant les coller. Montrer qu’ils existent et qu’on les aime, lors d’un événement marquant, passer un petit coup de fil rapide de temps en temps, plutôt qu’un sms envoyé à la va-vite, comble de joie, alors que le sms laisse pensif sur le peu d’intérêt porté et rend triste.

Bonne journée à tous,

chacun sa passion

A la maison, mon mari et moi, nous ne nous voyons pas beaucoup dans la journée.

Lui, joue avec son imprimante 3D dans le bureau et moi je passe mes journées dans mon grenier-atelier, à coudre, broder, etc. Parfois je tricote devant la télé, mais là non plus nous ne partageons pas l’écran, mon mari restant dans le bureau pour regarder ses programmes in English dans le texte sur son ordi. Ça a un côté génial, je suis la seule à zapper devant ma télé !!!

Le dimanche matin, pareil, nous ne nous gênons pas dans les couloirs, mon mari partant jouer avec ses maquettes d’avions sur le terrain de son association. Cette passion pour l’aéromodélisme, il la partage avec un copain habitant la même ville que nous et ils se sont tous deux réunis pour présenter leurs jouets au journaliste du Télégramme.

Ce qui a donné une immortalisation bien sympathique dans le canard :

Michael et Yves

Qui a osé dire que mon mari est grand ????  Parce que Yves n’est pas très petit !   😉

Enfin, vous l’aurez compris, nous ne savons pas, ni l’un ni l’autre, nous ennuyer.

Bonne journée

2018

Image

des framboises en hiver

Le bracelet à base de « framboises » est terminé et donne cela :

Un assemblage de grosses perles et de rocailles :

Et un autre genre, petites marguerites d’hiver 😉

Plus large à porter :

Superposition des motifs de fleurettes sur la base de quadrillage de deux tailles de perles de rocaille.

Bonne soirée,

randonnée en front de mer

Pour clore notre séjour dans la région de l’ouest Dorset, nous avons marché en fond de baie de Pool. Une journée radieuse, un panorama grandiose :

Le surplomb de Old Harry Rock est un site remarquable avec à l’horizon Bornemouth, Southampton, Portsmouth :

On remonte un peu sur la colline et on se croirait à Etretat 😉

C’est le début de la « Jurassic coast », ici la falaise est calcaire, plus loin elle vire à la couleur jaune comme décrite ici, lors d’un précédent séjour. Nous avons d’ailleurs appris que cette dernière falaise s’est écroulée sur une belle largeur 😦 C’est sur ce site qu’est tournée la série « Broadchurch ».

Pour terminer cette jolie randonnée en beauté nous avons dégusté un fish and chips arrosé de bière pression, en plein air, sur fond de « carte postale » marine !

Nous reprenons la route pour retourner à la maison et dans le village de Corfe Castle, clic photo :

Nous continuons notre séjour et quittons la compagnie de nos bons amis, en route, il faut avoir l’appareil photo à portée de main. On s’engage sur l’autoroute et, sans prévenir, alors que l’autoroute continue en une route normale, une ombre furtive se dessine sur la gauche :

Il me faut faire vite, la circulation nous pousse en avant :

Un dernier clic pour se souvenir de ce passage si proche du site de Stonhenge :

Je suis assez surprise qu’une voie aussi chargée en véhicules, et donc pollution, passe aussi près d’un tel monument ….

Voilà, nous remontons sur Rushden où habite l’aîné de la fratrie, nous y resterons deux jours, mon beau-frère se faisant hospitaliser pour une hanche le dernier jour de notre venue. Ma belle-sœur, passionnée de « line dancing » a, une fois de plus, tentée de m’initier, c’est elle qui donne des cours 3 fois par semaine dans sa ville, mais décidément ce n’est absolument pas mon truc, et encore une fois, deux heures de piétinement ont eu l’effet de me dégoûter à jamais !

Je préfère, et de loin, ses activités manuelles, elle réalise de magnifiques bijoux en perle, comme celui-ci déjà montré :

J’ai pioché dans son stock et ai rapporté des merveilles de toutes les couleurs et toutes les techniques. Maintenant elle s’adonne aux perles aimantées, c’est assez génial.

De là, nous avons pris la route pour Cambridge pour enfin faire connaissance avec le premier petit-fils de mon mari, deux mois déjà ! Un magnifique petit bout. Petit ! Il est déjà parti pour faire honneur à la lignée de son géant de grand-père 😉

Bonne journée

 

 

 

les merveilles grandes bretonnes

Pendant ce séjour Outre-Manche, nous avons pu visiter un endroit unique. Un artiste, à l’aide de récupération de ferraille, réalise des sculptures sensationnelles. Tout y passe, de vieux outils rouillés, des couvercles de bonbonnes de gaz, des chaînes et des ressorts, etc.

Un tout petit exemple de ces merveilles :

Même l’araignée au mur est fantastique !

Ce pied appartient à un géant de plusieurs mètres de haut. Il m’aurait fallu le détailler au complet pour visualiser la complexité des éléments de structure.

 

Cette ladybug est mon coup de cœur !!

Ce que nous aimons aussi immortaliser ce sont les boites aux lettres victoriennes. Il n’en reste plus des quantités.

Ou intégrée dans un mur :

Et puis, au détour d’un chemin un très joli calvaire :

Que de beautés locales à découvrir.

Bonne journée

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :