et maintenant une robe

Pendant deux jours entiers, je suis restée le derrière calé dans mon canapé, à faire surchauffer mes aiguilles à tricoter. Un pull, promis dans un délai non défini, était attendu, pas celui que je tricotais, mais le modèle à copier, pour réchauffer le corps de son propriétaire par ces soirées hivernales ! Quelque chose vous choque dans ce que je viens d’écrire ? Ah bon ! Certes aujourd’hui c’est la fête de mon numéro deux mais les températures sont réellement hivernales pour les bretons.

Donc j’ai tricoté, tricoté, tricoté, d’ailleurs j’ai encore le montage du col à terminer et les boutons à coudre, et je pars tout à l’heure dans le Finistère pour le livrer.

Et pendant ce temps je ne suis pas venue vous montrer ma dernière couture.

Ceci :

Robe modèle « Béa » de la Maison Victor. Toujours une manche montage raglan. Là je ne vous la montre pas portée parce que je n’ai pas la tenue qui correspond et je pense que vous présenter mon corps sublime avec des soquettes aux chevilles ferait un peu désordre !

Mais je vous présente ce modèle qui comporte des poches :

J’ai utilisé un vieux drap. Celui-ci, j’ai commencé à le teindre avec une dose de teinture noire et puis, comme j’avais mis deux draps dans le tambour, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas assez de teinture, donc j’ai rajouté du marron glacé et cela m’a donné une couleur jean entre le bleu et le gris. Parfait pour du vêtement n’est il pas ?

Voilà, voilà, je retourne à mon tricot.

Bonne journée

La « petite » cuisine d’aujourd’hui

Avez vous cela dans vos tiroirs de cuisine ?

Non ?

Quelle horreur ! C’est un comble, vous qui savez si bien cuisiner.

Un « petit » peu d’ironie dans ma façon de m’exprimer ? Oh si peu !

Je regarde, euh pardon, je regardais avec gourmandise les émissions de cuisine. Eh oui, j’emploie l’imparfait. J’en suis dorénavant dégoûtée. Tout est devenu « petit » : une « petite » vinaigrette, une « petite » mousse de …, un « petit » espumas, un « petit » consommé, une « petite » cassolette, une « petite » pincée, etc.

Franchement ras le bol, je ne regarde plus ces émissions décrivant la cuisine française créée à la pince à épiler pour attraper un « petit » brin de …, un « petit » pois (un seul bien entendu), un « petit » pétale de …

Quand on voit arriver une coquille Saint-Jacques, c’est un pied de coquille, découpé en innombrables tranches fines et cela vous remplit une assiette, grande l’assiette. C’est très beau à regarder, un magnifique chef d’œuvre, certainement excellent au goût, mais il paraît invraisemblable d’en approcher ne serait-ce qu’une dent de la fourchette qui va ruiner tout le décor 😦  Par contre la pincée de sel de la note de fin est plutôt à l’opposé du « petit », le porte-feuille, à l’instar du « petit » mille-feuille, doit lui, être copieusement garni.

Par ailleurs j’adore ces émissions de la cuisine du terroir, finalement la vraie cuisine française, bien copieuse, bien savoureuse, bien alléchante. Oh c’est sûr, c’est très beau à regarder ces « grandes » assiettes avec des « petits » riens dedans. La vue est nourrie, l’odorat est satisfait, le goût s’emballe mais l’estomac reste sur sa « faim » !

Mais elles se font rares ces très bonnes émissions bien sympathiques. Place à la pince à épiler …

Sur ce , je m’en vais déguster ma plantureuse salade mixte !!!!!

Bonne journée et surtout bon appétit 😉

une veste

Dans mes projets d’essais de couture pour des vêtements, j’ai tenté le modèle Thelma de La Maison Victor.

J’aime bien ce montage raglan pour la manche et le dos et le devant cousus en plusieurs morceaux donnent un cachet plus fini du tout :

Pareil, le fait d’ajouter des poches est une bonne idée, mon petit mouchoir trouvera sa place !

J’ai coupé ce modèle dans un drap de lainage de coloris caramel, assez chaud pour ce printemps frais 😉

Bonne journée,

tablierssssssssssssssss

Une série bien sympathique à réaliser : des tabliers miniatures pour enfants de 5-6 ans. Pour une fête des plantes locales j’ai cousu quelques tabliers qui vont servir à compléter les paniers de plants.

Pour cela j’ai utilisé un patron trouvé sur Pinterest. Et puis j’ai un peu réfléchi et comme il me fallait 10 exemplaires je ne me voyais pas préparer et couper du biais en quantité impressionnante. J’ai donc décidé de faire un tablier double face qui ne nécessitait pas une finition avec un biais.

J’ai attrapé une housse de couette déclassée et j’ai coupé mon patron dedans, j’avais ainsi, d’un coup de ciseaux, le dessus et le dessous de mon tablier.

Puis pour usiner plus organisé, j’ai préparé d’abord tous les tours de coups et les liens, puis épingler tous ces bouts sur une des faces du tablier :

 

Placé dessus tous les autres morceaux de tissu

Et piquer tout cela sous la machine industrielle. J’ai retourné mes tabliers et surpiqué tout autour.

Et voilà d’un côté :

de l’autre

Aujourd’hui je m’attaque à un décor de fenêtre.

Bonne journée

lot gagnant

Et voilà, la manique chat qui a servi de tuto a trouvé sa gagnante.

Elle est partie dans le nord, en Belgique pour être un peu plus précise.

J’ai voulu, discrètement, récompenser le 4000ème commentaire. Je l’ai fait en sourdine car je ne voulais pas provoquer un regain d’intérêt orienté 😉 J’ai contacté la gagnante, peu avant le 1er avril, qui visiblement a eu peur de ma demande de coordonnées. Bon, je ne suis pas terroriste, encore moins cambrioleuse et non plus criminelle !!!!! Comme l’adresse demandée n’a pas eu d’écho, je me suis tournée vers le commentaire suivant. Ah ben voui, mais, mince, c’était moi ! Donc j’ai pris le commentaire à suivre et hop, un petit envoi en Belgique d’une lectrice assidue !!!! Bravo à toi Gisèle et merci pour ta présence.

Je suis pas mal débordée en ce moment. Des petits-enfants à garder pendant l’absence de leur maman, du ménage à faire pour ouvrir la maison de location de vacances et recevoir les premiers locataires, et un vide-grenier pour terminer la semaine en beauté. Mais malgré tout j’ai réussi à faire quelques petites choses.

Tout d’abord, une pochette pour moi. Cela va bien de faire de la couture pour tout le monde mais moi, personnellement, individuellement, on my own, myself, of course, il me fallait, quand même, un petit truc propre pour ranger mes petites affaires dans mon sac à main.

Alors voici :

Bon, je sais, le tissu c’est du déjà vu, mais je n’ai trouvé un coupon que dernièrement, ainsi que le poi-pois sur fond violet.

Des pitits rubans pour faire joli :

Et hop, remplie, fermée, et glissée au fond de mon sac !

J’ai d’autres encours, je vous montre cela dès que possible. Pour ce matin j’ai plein de feuilletons en replay qui m’attendent : chez mes enfants il n’y a pas la télé !!!!!

Bon début de semaine à vous tous,

les ateliers de Caroline Chomy

Caroline Chomy est une femme formidable. Elle est vannière du côté de Guer. C’est avec la Société d’Horticulture du Pays d’Auray que j’ai eu la chance de pouvoir participer à une journée de travail de l’osier avec elle. Pour la première fois j’ai travaillé cette matière. Je m’étais équipée de mitaines de cycliste et de mon attelle pour mon pouce endommagé par l’arthrose. J’ai bien fait car le travail est dur pour les mimines.

L’ambiance était géniale, nous étions 6 participantes. 3 d’entre nous ont planché sur des mangeoires pour oiseaux :

Le but étant de réaliser depuis ce modèle :

Les 3 autres, nous avons monté un plessis le matin :

Et une tontine l’après-midi :

Pour le plessis, Caroline nous avait préparé des supports de travail :

Et, petit-à-petit, nous apprenons à tresser l’osier :

Une partie difficile à réaliser fût le « cordage » de la fibre :

Pour la tontine même principe, un support :

Et le montage peut commencer :

Fière de mes réalisations, hier je suis partie en vadrouille acheter de quoi planter dans le centre de ma tontine. J’ai trouvé une clématite « Duchesse d’Edimbourg » s’il vous plaît !!

Et j’ai mis en place ma tontine :

J’ai eu un peu de mal à planter le tout 😉

Et mon plessis pour border mes pivoines :

 

J’attends déjà avec impatience la prochaine séance pour retourner créer de quoi décorer mon jardin qui en a bien besoin !

Bonne journée

crédule

Si j’entends des bons plans, je prends immédiatement. C’est un gros défaut. En fait, je me jette, tête baissée, sur toute « bonne » proposition.

Voici la dernière : trouvée sur Pinterest, une recette miracle pour faire les carreaux.

Pensez si je prends. J’ai tout essayé pour les carreaux, le vinaigre, l’alcool, le papier journal, la fibre micromachin, la vapeur (pas si mal la vapeur, mais faut sortir la machine, la brancher, attendre que ça chauffe etc.), et j’en passe.

Les carreaux propres c’est mon plaisir, mais malheureusement j’ai toujours des traces et là je râle. Donc là, je découvre LA recette pour ne plus avoir de traces. Je fonce, comme toujours et je fais TOUTES les fenêtres de la maison, c’est dire si je prends du plaisir.

Voici le mélange : (je ne vous précise pas les proportions, vous verrez que cela n’est pas nécessaire !)

  1. vinaigre blanc
  2. alcool à brûler
  3. eau
  4. amidon de maïs (sous son appellation publicitaire commençant par Maï…)

Et le plus de l’amidon de maïs, tenez vous bien, pour ôter les traces. Trop génial ! Sauf ce qui l’est moins, c’est que notre maison est exposé au soleil pratiquement sur toutes les faces et là sa coince car voici le résultat :

Joli non ?

Alors mes amis, oubliez ce que je viens de proposer et pour moi, reprendre un chiffon bien imbibé d’eau (tout court) et je recommence le tout 😦

Bonne journée

Previous Older Entries

%d blogueurs aiment cette page :